Kokoro lingua

Ca fait longtemps que je veux écrire cet article, en fait depuis le confinement, mais je n’avais pas encore eu le temps. Finalement c’est pas plus mal car j’ai encore plus de choses à dire maintenant.

Je ne suis pas douée en langue étrangère, j’ai pourtant toujours aimé l’idée de savoir parler une autre langue que le français mais à l’école je n’ai jamais accroché, je ne comprenais pas grand chose et ça allait probablement trop vite pour moi ou peut-être que c’était aussi trop de grammaire et trop abstrait.

Bref, je me suis dis que je ne voulais pas que ma fille prenne le même chemin. Alors j’ai décidé d’apprendre en même temps qu’elle (plus ou moins). J’ai commencé par des activités de vocabulaire. A mon niveau c’était déjà pas mal! Puis il y a eu le confinement et j’ai eu beaucoup de temps pour faire des activités avec ma fille. Je me suis dis qu’il fallait aussi tenter les activités en anglais. Ca faisait un moment que je voyais des pubs au sujet de Kokoro lingua sur les réseaux sociaux mais au départ l’idée de mettre ma fille de 3 ans face à un écran me contrariait fortement. Le confinement a fait que pour voir nos proches nous avons fait des visio alors un jour où il n’y avait pas de visio famille à faire j’ai testé les 3 vidéos gratuites de kokoro.

Quand on regarde une vidéo sur kokoro on a le choix entre une version sans texte et une version avec texte. Etant nulle en compréhension orale de l’anglais j’ai choisi la version à texte pour avoir un support visuel et comprendre moi-même quelque chose. Nous avons regardé la première vidéo en entier. Ma fille n’a pas du tout accroché sur la première partie “mise en mouvement et boire un verre d’eau”, elle me posait plein de questions sur les enfants, ne voulait pas faire comme eux. Et au final la première partie plus l’ensemble de la vidéo m’a semblé un peu trop long pour elle alors pour les vidéos suivantes nous avons regardé directement à partir de “listen”. Et franchement elle ADORE! (et moi aussi).

Alors c’est quoi Kokoro lingua ? Ce sont des vidéos de moins de 20 min (environ 10 min pour nous vu qu’on ne regarde pas la partie mise en mouvement). Où on voit des enfants anglophones parler en anglais sur un thème précis (se présenter, les nombres, ce que j’aime, le petits déjeuner etc….). Ils nous apprennent des choses dans “listen”, puis nous répétons dans “your turn”, dans la version avec texte il y a encore une partie “read” et “your turn” puis il y a une chanson sur le thème de la vidéo et enfin une partie émotion et relax. Il y a aussi des activités à côté, je n’ai pas encore tout regardé car les vidéos peuvent être un support à part entière.

Ce que ma fille aime dans ces vidéos c’est que ce sont des enfants, même si la majorité sont plus âgés qu’elle (je pense qu’ils ont entre 6 et 11 ans environ), elle aime les regarder, connaitre leur prénom et apprendre des choses sur eux. Ce qu’elle aime aussi c’est que c’est concret et qu’elle peut refaire elle aussi. Il y a par exemple une vidéo sur les nombres où une enfant compte ses peluches en anglais, ma fille a adoré faire la même chose dans sa chambre! Pareil, il y a une vidéo “make pancakes”, ma fille adorant faire la cuisine elle m’a très vite demandé pour refaire la recette. Ensuite elle aime les chansons, on les apprend très facilement. Elle aime aussi la partie émotion et relax, elle rigole de voir les enfants rire et essaye de se détendre avec les enfants qui se détendent.

Ce que moi j’aime dans ces vidéos, c’est le format court, la simplicité des thèmes et du langage, les enfants ne font pas de longues phrases, ils vont à l’essentiel, les mots et phrases sont répétées plusieurs fois ce qui permet de bien entendre les prononciations. J’apprécie aussi la façon de faire, écouter puis répéter, lire puis répéter.

Voilà, kokoro lingua sont des vidéos pour apprendre l’anglais (mais ils font d’autres langues aussi apparemment) à destination des enfants mais honnêtement pour moi qui ne me sens pas douée en anglais, qui veux transmettre l’envie d’apprendre une langue étrangère et bien ça m’aide beaucoup et ça me permet aussi à moi d’apprendre et de me sentir plus à l’aise. Donc voilà, je recommande très fortement ces vidéos, n’hésitez pas à aller voir en utilisant mon lien de parrainage kokoro lingua

Les SumBlox


Les SumBlox c’est quoi ?

Ce sont des chiffres en bois de 1 à 10 ayant des proportions égales à leur valeur. Le 1 est le plus petit, le 10 le plus grand, il faut empiler dix 1 pour arriver à la hauteur du 10… Ils permettent donc visuellement de comprendre l’ordre numérique, une fois la reconnaissance des chiffres acquises il est assez simple de comprendre le système d’addition et de multiplication… 

Vous les trouverez ici par exemple*

Bref, j’ai décidé de donner à ma fille un chiffre à la fois. De sorte qu’elle puisse le manipuler, le connaître parfaitement… Le jour suivant il était donc possible de comparer 2 chiffres entre eux, de voir leurs différences, leur hauteur respective et l’air de rien en 10 jours elle a réussi à reconnaître chaque chiffre, à reconstruire la suite numérique, à retrouver les chiffres sur d’autres supports mais également de savoir qu’avec la superposition de deux chiffres (ou plus) on obtenait la même hauteur qu’un autre. Voilà comment en aidant ma fille a reconnaître les chiffres elle entre déjà dans la compréhension de l’addition ! 

* En tant que Partenaire Amazon, je réalise un bénéfice sur les achats remplissant les conditions requises

Les lettres

La découverte des lettres est généralement spontanée chez l’enfant, elle arrive quand c’est le bon moment dans son développement. Cela ne signifie pas qu’on ne peut pas parler de lettre avant ce moment ni qu’une fois ce moment d’intérêt passé cela sera plus compliqué mais savoir qu’il y a un moment d’intérêt peut nous aider en tant que parents à accompagner notre enfant en prenant en compte ce rythme.

Liste non exhaustive d’activités pour faire découvrir les lettres

  • Montrer sur un imagier la lettre de début de chaque mot.
  • Nommer les lettres en les associant aux prénoms de personne que l’enfant connait (le A de Adam, le B de Basile, le C de Céleste etc…)
  • Fabriquer des lettres rugueuses (prendre une feuille écrire une lettre avec un pinceau large, mettre de la colle sur la lettre (refaire le tracé avec le pinceau large avec de la colle) et proposer à l’enfant d’y coller de la semoule, du sable, des perles etc..
  • Montrer les lettres sur tous les emballages, affiches, documents qui peuvent intéresser l’enfant.

Les chiffres

La découverte des chiffres est généralement spontanée chez l’enfant, elle arrive quand c’est le bon moment dans son développement. Cela ne signifie pas qu’on ne peut pas parler de chiffre avant ce moment ni qu’une fois ce moment d’intérêt passé cela sera plus compliqué mais savoir qu’il y a un moment d’intérêt peut nous aider en tant que parents à accompagner notre enfant en prenant en compte ce rythme.

Voici des idées d’activités autour des chiffres

  • Lire les chiffres sur une horloge (c’est encore plus intéressant sur une horloge numérique vu que les chiffres des minutes changent rapidement..)
  • Faire un puzzle d’horloge
  • Lire et montrer du doigt les chiffres dans un livre
  • Faire des chiffres tactiles (prendre une feuille écrire un chiffre avec un pinceau large, mettre de la colle sur le chiffre (refaire le tracé avec le pinceau large avec de la colle) et proposer à l’enfant d’y coller de la semoule, du sable, des perles etc..
  • Manipuler des SumBlox

L’éveil aux chiffres et aux lettres

J’ai une enfant de 3 ans qui s’intéresse énormément aux lettres et aux chiffres. Elle n’a pas eu beaucoup de difficultés pour connaître et reconnaître l’ensemble des lettres très rapidement. Ici vous trouverez une liste d’activités que j’ai pu faire avec elle pour l’accompagner dans sa soif de découvertes… Pour ce qui est des chiffres cela semblait un peu plus difficile. Vous trouverez ici une liste d’activités que j’ai faites avec elle jusqu’à ce qu’on tombe sur les Sumblox qui ont été une vraie révélation pour elle ! 

Activités pour petits et grands pendant le confinement

Voici une liste non exhaustive d’activités pour s’occuper qu’on soit petit ou grand sans avoir beaucoup de matériel. Il n’y a volontairement pas d’âge sur les activités car elles dépendent surtout des goûts de chacun.

  • Faire un parcours moteur : coussins, chaises, tissus pour passer au dessous, au dessus, faire le tour, sauter, enjamber
  • Fabriquer un faux animal domestique le temps du confinement
  • Faire des dessins, les photographier et les envoyer aux papys, mamies, familles ou même dans les EHPAD (ici l’exemple d’une association qui fait le lien avec un EHPAD pour transmettre des dessins)
  • Lire des livres gratuits : ici par exemple* 
  • Faire des gâteaux, tester de nouvelles recettes de repas 
  • Trier les vêtements trop petits, les mettre dans un sac pour les donner à une association après le confinement ou les prendre en photos pour vendre plus tard sur le bon coin
  • Cache cache 
  • Cache-cache d’objets (cachez un objet dans la maison et donnez des indices ou indications comme “chaud /froid” pour retrouver l’objet) 
  • Faire des puzzles 
  • Faire des jeux de société
  • Ecouter de la musique
  • Chanter
  • Danser
  • Faire un blind test (quelqu’un fredonne une chanson les autres doivent découvrir)
  • N’oubliez pas les paroles (mettre une chanson, baisser le son quelques secondes, tout le monde doit chanter les bonnes paroles)
  • Faire le tri des médicaments de la pharmacie
  • Faire le tri du placard de conserves/épices, vérifier les dates
  • Faire la liste des repas de la semaine
  • Faire du yoga/des étirements/du sport
  • Faire de la musique (utilisez des boites, des récipients de différentes matières pour faire des percussions si vous n’avez pas d’instruments)
  • Tenir un cahier du confinement, notez vos activités et vos émotions de la journée
  • Nettoyer, ranger 1 pièce à la fois
  • Faire des ombres chinoise avec une lampe torche
  • Dessiner les ombres des objets
  • Faire de la pâte à modeler : ici une recette de pâte à modeler maison

Et vous quelles sont vos activités pendant le confinement ?

* En tant que Partenaire Amazon, je réalise un bénéfice sur les achats remplissant les conditions requises

Le faux animal domestique

Votre enfant vous a peut-être déjà réclamé d’avoir un animal à la maison. Pour x raisons vous ne voulez/pouvez pas. Bien que cette activité ne remplacera pas un animal ni l’attachement, les émotions et le bien être qu’il peut procurer mais elle aura le mérite de permettre à votre enfant de comprendre en partie les responsabilités que représente le fait d’avoir un animal à la maison.

Pour cette activité il faudra fabriquer de façon plus ou moins réaliste :

  • un lapin
  • une cage
  • de la paille
  • du foin
  • des granules
  • des boulettes de caca
  • des flaques de pipi
  • des gouttes d’eau
  • des smiley d’émotions : joie, tristesse, peur, colère, malade, fatigue

L’idée est que le parent simule les besoins et émotions du lapin tout au long de la journée en enlevant du foin, des granulés et des gouttes d’eau progressivement et en ajoutant des boulettes de caca et des flaques de pipi sur la paille (ou au sol si besoin) en faisant varier les smiley d’émotions du lapin pour que l’enfant s’occupe du lapin de façon adaptée (ajouter de l’eau, du foin, des granuler, nettoyer les boulettes et les eflaques. Sortir, amuser ou laisser tranquille le lapin en faisant attention à ses émotions).

Et tout cela sur plusieurs jours pour que l’enfant sache que c’est une responsabilité quotidienne.

Pour les enfants plus grands il peut également être intéressant de fabriquer un stock de paille, foin, granulés, eau et de ne renouveler ce stock que si l’enfant peut “acheter” (à vous de voir si vous mettez en place un faux système d’argent et de façon de gagner de l’argent ou si vous le faites participer avec de l’argent de poche)

Les balles sensorielles

Pour les petits comme pour les grands les balles sensorielles sont vraiment très intéressantes pour éveiller les sens, travailler la motricité, faire des massages, le relationnel… Pour de nombreuses utilisations en fait..

Ma fille a eu un diagnostic de dysoralité sensorielle quand elle avait 16 mois. Nous avons donc cherché de nombreuses choses pour l’aider sur ce point. Et notamment des balles en tout genre. Voici quelques exemples de ce que nous avons utilisé :

Les premières balles que nous avons utilisées sont celles des tentes à balles :

Exemple ici de tente à balles *

En fait, l’air de rien les balles de la tente à balles offrent une expérience sensorielle très intéressante pour les touts petits qui souffrent de problématiques sensorielles. Les balles ont une texture et une consistance que l’enfant peut vite appréhender une à la fois, mais dès qu’elles sont nombreuses c’est une véritable expérience de gestion des sens, perception du corps dans l’espace.. Et la tente à balle (pop up je trouve ça génial) permet d’être dans cet espace confiné qui est à la fois agréable mais aussi lieu de séparation. Bref, c’était l’une des premières étapes de l’exploration sensorielle de ma fille et ce fût une belle réussite.

Ensuite il y a eu les balles molles

Exemple ici de balles molles*

Dans le cadre de la dysoralité sensorielle de ma fille, elle n’arrivait pas à manger les morceaux pendant longtemps. Elle a mangé des purées textures lisses jusqu’à ses 2 ans et demi. Dans l’évaluation de sa sensorialité nous avons remarqué qu’il lui était impossible de toucher les choses molles et/ou humides. C’est pour cela que nous avons acheté ces balles molles “visqueuses”. Au début, il lui était impossible de les toucher, à force de jeux divers et variés où nous utilisions ces balles elle a réussit à s’en approcher, finalement les toucher puis enfin jouer avec. Je dirai qu’il faut vraiment rester avec l’enfant quand on utilise ses balles car elles ne sont pas très costauds mais en tout cas, elles ont fait leur job : aider ma fille à appréhender ses sens.

Enfin, récemment nous avons utilisé des balles de massage

Exemple ici de balles de massage*

Je dois dire qu’au départ j’ai acheté ces balles pour moi. Et j’en suis très contente, pour moi, mais aussi pour ma fille. Elles sont très dures (c’est ce que je cherchais) et permettent de masser en profondeur les pieds et la nuque (enfin, on peut les utiliser sur d’autres zones mais moi c’est ce que je préfère). Et ma fille les a également très vite adoptées pour faire des auto-massages avec la pression qui convient le mieux. C’est encore une autre façon de développer ses sens.

* En tant que Partenaire Amazon, je réalise un bénéfice sur les achats remplissant les conditions requises

Mon expérience des langues étrangères

Ma mère n’est pas née en France, elle parlait flamand et français couramment pourtant elle n’a jamais souhaité m’apprendre une autre langue que le français. J’ai toujours trouvé cela dommage et cela m’a donné l’impression qu’apprendre une langue étrangère était quelque chose de compliqué et pénible. J’ai commencé à apprendre l’anglais à l’école primaire je trouvais ça chouette. En même temps j’ai appris aussi l’espagnol grâce à la maman d’une de mes amie qui était espagnol. Arrivée au collège, apprendre les langues n’étaient plus du tout ludique, c’était beaucoup de grammaire, de conjugaison, d’apprentissage par coeur dénué de sens et j’ai décroché… J’ai traîné l’anglais jusqu’à mon master 2 avec beaucoup de peine et de souffrance. J’ai arrêté l’espagnol au lycée avec tristesse (je n’étais pas douée alors que j’aimais vraiment beaucoup cette langue).

Je me suis longtemps dit que, de fait, les langues étrangères n’étaient pas pour moi. Pourtant j’adore découvrir des cultures différentes (pas forcément voyager parce que l’avion et moi ça fait 2).

Mais ça, c’était avant d’être maman… Quand ma fille a commencé à apprendre à parler, je me suis dis que c’était tellement dommage de la restreindre à une seule langue. Je me suis dit que je ne voulais surtout pas qu’elle ait peur des langues étrangères comme moi, qu’elle ne voit jamais cela comme quelque chose de compliqué et pénible. Je ne parle pas anglais couramment mais je pense que c’est ce qui va faire ma force pour lui apprendre l’anglais, et plus tard l’espagnol.

Je crois que c’est très français de se dire que pour parler une langue il faut en connaitre sa grammaire, maîtriser l’accent, les conjugaisons etc.. Je pense que l’apprentissage français des langues étrangères est très perfectionniste. Je dis cela parce que finalement, il y a beaucoup de cultures où l’apprentissage d’une langue ou de plusieurs langues se fait de façon orale, de même l’apprentissage du français à nos enfants se fait avant même qu’ils comprennent cette notion de grammaire, d’exactitude de la langue. Nous n’attendons pas de nos enfants qu’ils maîtrisent le français avant de les laisser parler. Alors je pense que pour les langues étrangères nous devrions faire comme si nous apprenions à parler à un jeune enfant.

Je me dis que de cette façon il n’est pas nécessaire de savoir parfaitement parler la langue étrangère pour la parler, car finalement ça sera un apprentissage commun, ça passera par le jeu, par la lecture de vocabulaire, de petites histoires puis de longues histoires ensemble.. Je crois que découvrir en même temps que son enfant c’est lui permettre de comprendre qu’on peut apprendre à tout âge, que le but premier est de communiquer, que ça peut être rigolo et que ce n’est pas qu’une histoire de grammaire… Enfin, c’est comme ça que j’ai commencé avec ma fille.

L’éveil aux langues étrangères

Ma fille aime les livres depuis toujours. C’est d’ailleurs l’un des premiers objets qu’elle a essayé d’attraper. Par chance nous habitons à proximité d’une médiathèque qui fait partie d’un assez grand réseau de médiathèques ce qui nous permet d’emprunter de nombreux livres et qu’ils soient régulièrement renouvelés. Bref nous empruntons souvent et beaucoup de livres et ma fille adore cela. Malheureusement en France nous sommes très francophile… Où que j’aille, je ne trouve jamais beaucoup de livres en langues étrangères. Dans notre médiathèques, il y a quelques livres de vocabulaires, quelques livres d’histoire, quelques cd de comptines mais on a vite fait le tour.. 
Finalement je me suis dit que je devrais peut-être chercher d’autres alternatives pour aider ma fille à découvrir les langues étrangères. Et à force de recherche j’ai eu plusieurs idées que je vous partage ici. 

Mon expérience des langues étranges

La fabrique à histoires de Lunii

Les comptines

Kokoro lingua